12 septembre tract confédéral

PERMIS DE LICENCIER À TOUT VA

Désormais  votre  contrat  de  travail  ne  vous protègerait  plus,  l’employeur  aurait  la possibilité  de  se  débarrasser  de  vous  si  vous n’acceptez  pas  une  modification  de  votre contrat  de  travail  à  la  baisse  en  matière  de rémunération  par  rapport  à  l’augmentation de votre temps de travail. Les employeurs pourraient facilement calculer le  coût  de  l’indemnité  de  licenciement    et  son amortissement  avec  l’embauche  d’un  jeune de  qualification  égale  mais  bien  moins  bien payé  que  vous.  Comme  à  GM&S  aujourd’hui, les  grands  groupes  pourraient  désormais  organiser  les  difficultés  d’une  entreprise  dont  ils veulent  se  débarrasser  en  France  pour  aller produire ailleurs à moindre coût. Avec  la  loi  XXL  c’est  le  dumping  social  et  les licenciements boursiers institutionnalisés! Des  milliers  d’emplois,  particulièrement  dans l’industrie, sont menacés.

LA PRÉCARITÉ À TOUS LES ÉTAGES

Un employeur «oublie»  de  transmettre  dans les  délais  légaux  votre  contrat  de  travail  en CDD,  vous  n’aurez    plus  la  possibilité  d’obtenir des  juges,  aux  prud’hommes,  la  requalification du contrat en CDI.   Ce  sont  des  milliers  de  cas  contentieux  aujourd’hui! En  cas  d’accord  de  branche,  les  contrats  en CDD  pourraient  être  renouvelés  jusqu’à  cinq ans  (normes  européennes),  les  délais  de  carence  entre  deux  CDD pourraient  être  remis  en cause,  favorisant  la  multiplication  de  contrats plus courts renouvelés ou pas. Les  CDI  de  chantier,  de  mission  ou  de  projet seraient  généralisés  à  toutes  les  professions, à  moindre  coût  puisque  sans  versement  de  la prime de précarité.  C’est  la  précarisation  des  emplois  qui  deviendrait  la  norme,  ce  serait  alors  très  vite  la  disparition de tout emploi stable en CDI. Déjà  8  jeunes  sur  10  sont  embauchés  aujourd’hui en contrats de plus en plus courts ! Si  le  droit  du  travail  reste  très  protecteur,  c’est parce  que  plus  de  90%  des  actifs  sont  couverts par  des  conventions  collectives.  Demain  si  ce projet  de  loi  aboutit,  ces  garanties  pourraient disparaitre,  au  gré  de  négociations  sous  pression,  soumises  au  chantage  à  l’emploi  dans chaque entreprise.

DES RECULS IMPORTANTS EN MATIÈRE DE SANTÉ

•  Banalisation  du  travail  de  nuit  dans  le  commerce,

•  Remise en cause de la pénibilité,

•  Destruction  du  CHSCT,  cet  outil  utile  pour vous  protéger    contre  les  accidents  et  maladies professionnelles !

Même  les  travailleurs  en  situation  de  handicap ne  sont  pas  à  l’abri  de  règles  qui  varient  d’une entreprise à l’autre… Salarié  kleenex,  le  temps  d’un  chantier,  vous pourriez être exposés à des risques graves (produits  toxiques,  postes  dangereux,  polluants…) en toute impunité pour les entreprises. Le  rétablissement  du  jour  de  carence  dans  la fonction  publique  en  cas  d’arrêt  maladie  va  limiter  l’accès  aux  soins  pour  des  raisons  financières  à  des  milliers  d’entre  vous,  à  l’instar  du secteur  privé.  Il  faut  au  contraire  garantir  dans le  privé  comme  dans  le  secteur  public  une  prise en  charge  sans  perte  de  salaire,  dès  le  premier jour de maladie.

RETOUR AU FACE À FACE ENTRE EMPLOYEUR ET SALARIÉ ISOLÉ

La  mise  en  place  d’un  référendum  à  la  seule initiative  de  l’employeur,  le  choix  de  tenir des  négociations  avec  des  salariés  sans  mandat  syndical  donc  non  protégés,  isolés,  peu  ou pas  formés  à  la  négociation,  remet  en  place des relations très déséquilibrées. C’est le pot de fer contre le pot de terre ! Cela  aboutirait  automatiquement  à  des  reculs énormes  en  matière  de  conditions  de  travail,  de rémunération, de droits sociaux…

UN CODE DU TRAVAIL PAR ENTREPRISE

Les  règles  en  matière  de  congés  -  y  compris maternité  -  de  primes  diverses,  de  13e  mois, pourraient  être  négociées  ou  renégociées  à  la baisse  sans  aucune  garantie  d’une  entreprise à l’autre. C’est  le  retour  à  la  loi  de  la  Jungle  et  à  la  mise en  concurrence  des  salariés,    particulièrement pour  les  salariés  de  petites  et  moyennes  entreprises. Ces  entreprises  sont  souvent  dépendantes  de groupes  financiers  pour  qui  elles  travaillent en  sous  traitance  et  c’est  sur  la  baisse  de  vos conditions  de  travail  et  de  votre  salaire  que  se concluront les marchés.

CSG ET COTISATIONS SOCIALES

Tous  perdants,  salariés  du  privé,  fonctionnaires, retraités, privés d’emploi ! L’augmentation  de  la  CSG  en  lieu  et  place  des cotisations  sociales  conduira  à  remettre  en cause  le  principe  de  solidarité  tout  au  long  de la vie créé par la Sécurité sociale. Ce  serait  donc  moins  de  retraite,  moins  de soins,  moins  de  couverture  chômage,  moins d’allocations  famille,  moins  de  services  publics

IL Y A D’AUTRES SOLUTIONS DE PROGRÈS SOCIAL

Avec  la  CGT,  défendons  ensemble  un  code  du travail,  des  conditions  de  travail,  des  salaires, une  Sécurité  sociale,  des  services  publics  renforcés et  dignes du XXIe  siècle. Le  12  septembre  partout  déposons  nos  cahiers revendicatifs  dans  les  entreprises,  les  administrations,  les  services.  Ensemble  imposons  par la  grève  et  l’action  collective  l’ouverture  de  négociations  pour  un  code  du  travail  renforcé  et plus protecteur pour toutes et tous. Le  12  septembre  rejoignez  la  CGT,  syndiquez-vous,  agissez  par  l’arrêt  de  travail,  participez aux manifestations.

Texte complet:

Comments are closed.