Le plaidoyer antidélocalisations de Ruffin

Le plaidoyer antidélocalisations de Ruffin à la cérémonie des César

Ni pleurs, ni fleurs.

C’est un discours revendicatif que François Ruffin, César du meilleur documentaire pour Merci Patron !, a servi aux belles personnes qui assistaient, vendredi soir, à la 42e cérémonie des César.

En recevant son prix, vêtu d’un T-shirt « I love Vincent » (pour Vincent Bolloré, patron de Canal+, qui retransmet les César), similaire à celui qu’il portait dans le film (« I love Bernard »), le rédacteur en chef du journal satirique Fakir, qui a récemment annoncé qu’il serait le candidat de la gauche, hors PS, aux élections législatives de 2017 dans la première circonscription de la Somme (Abbeville/Amiens-Nord), a tenu à alerter sur les délocalisations. Il a évoqué le sort de l’usine Whirlpool à Amiens, promise à la fermeture, la production des sèche-linge qu’elle fabrique étant délocalisée en Pologne, subissant « la même histoire » que l’usine de confection dont parle son documentaire :

Pourquoi ça dure comme ça depuis trente ans ? Ça dure comme ça parce que ce sont des ouvriers qui sont touchés, et donc on en a rien à foutre. (…) Dans ce pays il y a peut-être des sans-dents, mais surtout il y a des dirigeants sans cran. Donc maintenant, François Hollande, par exemple, a l’occasion de montrer sur le dernier fil que son adversaire c’est la finance, qu’il peut faire des réquisitions, qu’il peut interdire les produits Whirlpool sur le territoire français, qu’il puisse sortir de l’impuissance et se bouger le cul.

 

  Ruffin  LIRE LA VIDEO

Comments are closed.