Les retraités ne se plaignent pas, ils exigent la revalorisation de leurs pensions

Après que des délégations unitaires venues de toute la France ont témoigné de la colère des retraités, le 3 octobre, salariés et retraités ont  manifestes dans toutes les villes ce mardi 9 octobre. Interpellé par un retraité sur la faiblesse de sa pension, Emmanuel Macron lui a demandé « d’arrêter de se plaindre » ! Son arrogance n’entamera pas leur détermination.

Jamais un tel mépris n’a été affiché à l’encontre des retraités. Mais en l’occurrence il s’agit plutôt d’une tentative d’esquiver le débat sur le pouvoir d’achat gravement entamé des retraités. Gilles Le Gendre, Président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, n’a pas cru bon de recevoir les retraités venus en délégation à l’Assemblée. À l’inverse, les députés communistes venus à la rencontre des manifestants ont déposé un projet de loi reprenant l’essentiel des grandes revendications des retraités portées par le groupe des 9.

250 000 pétitions remises au Premier ministre

Les délégations réunies devant l’Assemblée nationale mercredi 3 octobre ont remis aux députés les 250 000 pétitions. Conformément à leur engagement les pétitions ont été remises au Premier ministre à l’issue de la séance parlementaire (notre photo). Au total c’est près de 500 000 pétitions qui ont été signées durant ces derniers mois.

La journée de mobilisations et de manifestations des actifs, des jeunes et des retraités du 9 octobre  portait plus haut encore leurs exigences de justice sociale. Car s’il est des gens dans ce pays qui ne cessent de se plaindre ce sont bien les amis financiers d’Emmanuel Macron. Il ne s’en ai pas plaint d’ailleurs mais s’est empressé de leur accorder toutes sortes de faveurs : suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, à croire que les seuls à être dispensés de solidarité sont les fortunés, réduction de la fiscalité sur les revenus du capital, privatisation des grandes entreprises publiques, SNCF, Air France, La Française des jeux, Engie et Gaz de France, les barrages. Livrer ainsi les richesses du pays aux marchés financiers est une atteinte à l’avenir de la France.

Toutes et tous mobilisé-e-s le 18 octobre

Le 18 octobre sera un nouveau temps fort de mobilisations. Nous refusons l’appauvrissement programmé des retraités et un recul social de plus de 70 ans. L’UCR-CGT invite ses organisations à créer les conditions d’une mobilisation générale. Au-delà du « groupe des 9 », 15 organisations syndicales et associations de retraités appellent à manifester ce jour-là. L’élargissement est, à n’en pas douter, une des conditions pour un rapport de force à l’avantage des retraités.

Alors, tous ensemble avec enthousiasme et détermination, faisons  du 18 octobre un nouveau temps fort de la mobilisation des retraités.

http://www.ucr.cgt.fr/

 

Comments are closed.