On n’est pas encore à l’Armée du Salut…

On n’est pas encore à l’Armée du Salut…

mais si ça continue comme ça, on ira manger aux Restos du Cœur

Derrière la boutade, l’inquiétude est réelle. Jean, 76 ans, a vu ses impôts exploser cette année. Avec sa femme Maryse, ils font partie de ces retraités qui paieront plein pot la conséquence de la fiscalisation des majorations accordées à ceux ayant élevé au moins trois enfants. « C’est simple : l’an dernier, nous étions exemptés d’impôt, et maintenant, nous devons payer 531 €, pour un revenu imposable de 26 800 € comprenant la majoration ! »

Désormais imposables, lui et sa femme risquent aussi de voir leur loyer et leur taxe d’habitation augmenter. Domicilié dans un HLM, Jean estime qu’il a du mal à joindre les deux bouts. « Une fois qu’on a payé l’appartement, l’électricité, le gaz et l’assurance, il ne nous reste que la pension de ma femme pour vivre, soit 380 €.

Combien de retraités sont dans le même cas que Jean et Maryse ?

C’est compliqué à chiffrer. Mais une chose est sûre, ça commence à faire beaucoup, surtout pour les revenus modestes, certains seniors sont aujourd’hui  dans des situations catastrophiques. 

Par exemple, ces veuves à la retraite qui  perdront cette année le

bénéfice de la demi-part supplémentaire de quotient familial. Un avantage dont les conditions d’obtention ont déjà été durcies depuis 2009 et qui n’est plus accordé qu’aux personnes seules ayant supporté à titre exclusif la charge d’un enfant pendant au moins cinq ans. Quant aux contribuables qui profitaient de cette demi-part supplémentaire avant 2009 mais qui ne rentrent plus dans les nouveaux critères, ils ont vu leur avantage réduit  en 2012 (400 €),  raboté en 2013 (120 €) pour finalement disparaître cette année.  Cette décision va mettre en grande difficulté les femmes seules qui ont perdu leur mari et n’ont plus qu’une petite retraite pour vivre. 

Et les dernières annonces gouvernementales sur le gel des retraites de base jusqu’en octobre 2015 ne sont pas pour rassurer…  

On a affaire à des responsables politiques qui oublient tous les efforts déjà demandés aux retraités depuis deux ans. J Un véritable casse-tête, tant les régimes de retraite existants en France sont multiples (salariés, fonctionnaires, commerçants, etc.). Qui bénéficiera du geste annoncé ?

Sous la pression, le Premier ministre Manuel Valls a fini par affirmer qu’une « mesure forte  serait prise en faveur des retraités modestes, évoquant les personnes gagnant de 1,2 à 1,3 fois le Smic et les célibataires gagnant 15.000 euros par an.

1.8 Millions de ménages seraient sortis de l’impôt promet-il !

En attendant, Jean à qui on a tant promis,   se fait guère d’illusions et sait ce qui lui reste à faire ;

«  Inscrivez-nous, mon épouse et moi,

pour un aller-retour à Paris le 3 juin ! »

Comments are closed.