Être les agitateurs d’espoir

La crise sanitaire, avec le confinement de mars et l’actuel, n’est pas la cause de la crise sociale et économique. Elle en est simplement l’abcès.

La partie visible, le résultat des choix de l’austérité contre le bien commun pour garantir les profits égoïstes de quelques uns.
Une chose est sûre, la situation s’aggrave pour des millions de citoyens.

La CGT, ses militants, ses adhérents tentent d’être présents à leurs cotés.
Non sans difficultés, car la crise sanitaire, les restrictions des libertés, bousculent l’activité syndicale parfois déjà fragilisée.

À tâtons, mais avec détermination, l’activité syndicale se réinvente pour préserver ce lien si précieux de proximité.
Être là où les salariés ont besoin de réponses, les construire avec eux est d’au-tant plus important que le patronat et le gouvernement sont à l’offensive.
Ils continuent, comme avant, leur petite tambouille, profitant de la situation pour accélérer les remises en cause des droits des salariés.

C’est d’autant plus important que la colère sociale, cette envie de changement, est toujours aussi vivace et qu’elle nécessite une réponse à la hauteur des enjeux pour laquelle le syndicalisme est attendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>