La CGT appelle « tous les salariés » à « se mettre en grève la semaine prochaine

Dimanche 12 janvier 2020 , la secrétaire confédérale de la CGT chargée des retraites était invitée sur Europe 1. Elle a notamment commenté la lettre remise par Edouard Philippe aux syndicats pour amorcer une sortie de crise dans l’épineux dossier de la réforme des retraites.
Verdict : « La lettre ne change rien du tout. »
Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT chargée des retraites estime que la lettre remise par le premier ministre Edouard Philippe ne change rien du tout dans le conflit qui oppose l’exécutif et les syndicats autour de la réforme des retraites. Cette lettre avait pourtant pour objectif d’amorcer une sortie de crise dans cet épineux dossier, notamment en suspendant la mise en place de l’âge pivot à 64 ans.
La cégétiste juge pour sa part que « la suspension temporaire de l’âge pivot est soumise à un accord impossible ». « Le premier ministre pose deux conditions dans sa lettre : que les pensions ne baissent pas et que les cotisations sociales n’augmentent pas », explique-t-elle. Or, « tout le monde sait qu’il ne reste [donc] qu’un paramètre pour équilibrer le système : le recul de l’âge de la retraite. »

Ce n’est pas du dialogue social ça !

Quid du dialogue social mis en avant par Edouard Philippe, qui estime avoir fait un pas vers les partenaires sociaux en suspendant la mise en place de l’âge pivot à 64 ans ? « Ce n’est pas du dialogue social ça ! », balaie la secrétaire confédérale de la CGT. « Il nous dit qu’il faut 13 milliards d’euros d’économies et qu’il faut qu’on se débrouille pour trouver les solutions ! »

La lettre du premier ministre « n’est pas quelque chose de nature à dénouer la crise sociale qui dure », prévient Catherine Perret. La grève est donc amenée à durer, pour l’instant.

Elle rappelle : « Les premiers fatigués sont les grévistes, qui auront une paie à 0 euro à la fin du mois en plus. Il faut que tous les salariés ensemble se mettent en grève la semaine prochaine pour sortir enfin de cette situation. Car à ce moment-là, le gouvernement n’aura d’autre choix que de retirer la totalité de son projet de loi. »

Elle conclut : « L’objectif de cette réforme devrait être d’améliorer les droits des gens alors que là, l’objectif est budgétaire, il faut faire des économies ! »

Par Maxime Dewilder (Interview  Europe 1

Comments are closed.