La soupe à la grimace pour notre épargne

Avec une rémunération bloquée à 0,75% – sur décision du gouvernement –, vous avez encore perdu de l’argent si vous avez placé vos maigres éconnomies sur un Livret A ou LDDS ( Livret de dévellopement durable solidaire=)

Plus de 55 millions Français perçoivent en ce moment les intérêts de leurs 360 milliards d’euros placés sur des livrets A et LDDS (livret de développement durable solidaire). Mais c’est la soupe à la grimace : les bénéfices tirés de ce placement – liquide et défiscalisé – sont ridiculement bas…et les pertes de pouvoir d’achat  réellles !

A qui la faute ?
Le livret A et le LDDS sont rémunérés à 0,75 % depuis la mi-2015. Alors que l’inflation est de retour, 1,8 % voire 1,9 % en 2018. Autrement dit, il manque plus de 1 % au livret A pour qu’il couvre l’inflation, c’est-à-dire pour qu’il ne fasse pas perdre de pouvoir d’achat aux épargnants ! Cela se traduit par une perte d’environ 3,6 milliards d’euros de pouvoir d’achat pour les Français.

Pourquoi le taux est-il si bas ?
C’est le fruit d’une décision politique. En 2017, le gouvernement a décidé de geler le taux de 0,75 % jusqu’au début 2020. Or, nous ne sommes plus dans la même situation au moment où la décision a été prise, avec des niveaux d’inflation proche de zéro. Aujourd’hui, elle redémarre. Il serait donc  logique à ce que le taux du livret A revienne au-dessus de l’inflation si nous voulons rendre à ces livrets leur attractivité et leur utilité ( N’oublions pas qu’ils servent entre autre  à l’aide à la construction de logements sociaux)

En fin d’année dernière, les banques ont annoncé un gel de tous leurs tarifs, chiffrant l’effort à 500 millions d’euros. Peuvent-elles faire vraiment plus pour le pouvoir d’achat ?
On aurait très bien pu cumuler les deux mesures : gel des tarifs et dégel du taux du livret A. Les banques ont les moyens, elles sont encore largement bénéficiaires. Et, pour les classes  populaires et moyennes, cela aurait  été une mesure de soutien au pouvoir d’achat directement visible. Au lieu de celà, on a préféré écouter les banques !

Ci dessous le visibilité du manque à gagner !


2 thoughts on “La soupe à la grimace pour notre épargne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>