Les Centres Mutualistes échappent à la liquidation

Le Tribunal a statué ce 7 mai 2013 en faveur du plan de continuation présenté le 30 avril par la direction du Grand Conseil de la Mutualité au TGI.  Ce jugement met un terme à la période d’observation qui a été ouverte le 9 novembre 2011 suite au placement en redressement judiciaire de cette entreprise privée à but non lucratif qui joue un rôle essentiel dans l’offre de soins départementale.

L’acteur historique de l’offre de soins des Bouches-du-Rhône, seconde en taille après l’hôpital, dont l’apport est « indéniable » avait jugé l’IGAS en 2012, soigne 200 000 patients en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires) et avec tiers payant. Il va donc poursuivre ses activités dans un département où les inégalités sociales de santé ont considérablement augmenté avec la crise. Une donnée qui n’aura pas échappé au tribunal au terme de 18 mois de redressement judiciaire pour le moins chaotique.

C’est donc un grand soulagement pour l’ensemble des salariés, comités de soutien, élus mutualistes et collectivités territoriales, partis de gauche, et notamment pour le syndicat CGT qui aura mené le combat durant deux ans pour la sauvegarde du réseau. Sans omettre pour autant celui du syndicat des médecins décapité après le licenciement de plus de trente d’entre eux, car opposés à la médecine à l’acte.

Le Grand Conseil de la Mutualité, adhérent de la fédération nationale de la mutualité française (FNMF) et de la fédération des mutuelles de France (FMF), gère une cinquantaine d’établissements sanitaires et médico-sociaux dont 11 centres de santé polyvalents (3 à Marseille et 8 dans le département, autour de l’Etang de Berre).

Il prévoit d’ores et déjà une réorganisation stratégique par territoires pour travailler dans la proximité à une plus grande cohérence et adéquation entre les besoins en santé des populations et son offre globale.

Le plan de continuation englobe l’apurement du passif sur dix ans évalué à 26 millions d’euros. Pour le GCM qui va s’ouvrir à l’ensemble du mouvement mutualiste, débute désormais une nouvelle aire. Il mise sur un modèle économique refondé garant de l’efficience de son plan de continuation et le développement de ses activités. L’Etat et la mutualité qui avaient secouru le GCM en octobre 2012 via 3 millions d’euros issus du fonds national de solidarité mutualiste seront sans aucun doute les piliers autant que les garants de son ancrage dans un paysage sanitaire en pleine mutation.

Si le GCM occupe de fait une place essentielle dans l’accès aux soins et participe au service public de santé, la continuation devrait lui redonner maintenant les moyens d’une meilleure attractivité.

2 thoughts on “Les Centres Mutualistes échappent à la liquidation

  1. En qualité d’adhérent à l’Union Syndicale des Retraités CGT et usager du Centre Médical Paul PARET (13015 Marseille) je me réjouis du résultat de nos mobilisations, tant politiques qu’associatives et syndicales.

    DEDOU de Marseille 15.

  2. un grand, un très grand succès de la mobilisation dans laquelle la CGT et ses composantes auront pris toute leur place . Bravo , mais demeurons vigilants .
    Ivan DONNAT responsable retraité-e-s CGT FINANCES