Les Samedis Culture de Grand-mère … Acte 17

Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche, il appela son météorologue et lui demanda quel temps il ferait dans la journée. Celui-ci lui assura qu’aucune pluie n’était prévue et qu’il pouvait y aller sans encombre.
Le roi, tout heureux, se rendit tranquillement à la rivière.
Chemin faisant, il rencontra un paysan monté sur son âne, qui en voyant le roi dit :
« Sire, vous feriez mieux de rebrousser chemin car il va pleuvoir très fort dans très peu de temps ».
Le roi hocha la tête et continua sa route, en pensant :
Comment ce gueux peut-il mieux prévoir le temps que mon spécialiste diplômé, grassement payé et qui m’a indiqué le contraire ? Poursuivons… Et c’est ce qu’il fit.
Mais alors qu’il arrivait au bord de la rivière, il se mit à pleuvoir à torrents.
Le roi, furieux, rentra trempé au palais, la reine se moqua de le voir en si piteux état.
De rage, il congédia son météorologue sur le champ, puis il convoqua le paysan, lui offrant le poste vacant.
Mais le paysan refusa en ces termes :
« Sire, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose dans ces affaires de météo et de climat, mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées cela signifie qu’il va pleuvoir « .
Du coup, le roi embaucha l’âne.
C’est ainsi que commença en France la coutume de recruter des ânes pour les postes de conseillers les mieux payés.
Et que fut créée une école sur mesure : l’ E.N.A, l’École Nationale des Ânes, dont nous pouvons mesurer, tous les jours, les brillantes compétences…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>