Toujours là, mais Presse absente !

Il aurait fallu que j’attende dimanche 10 aout -5H23 * pour que je sois renseigné sur la manifestation en faveur de la Paix à Gaza qui a eu lieu à  Marseille 15H le samedi. !
Et encore, je sais simplement « qu’il y avait moins de monde sous l’ Ombrière.  »
Comment ca se dit « On veut minimiser un évènement ? » à la mode Médias aux ordres ?
S’il y a un journaliste en herbe, amateur de Justice et de Paix, qui a quelques photo d’hier à Marseille, se serait chouette de les communiquer !

*Voir impression écran du site de La Provence

One thought on “Toujours là, mais Presse absente !

  1. Heureusement j’avais ma Marseillaise dans ma boite aux lettres (dimanche compris)

    Marseille. La rue pour faire plier les gouvernements

    Gaza. Plus d’un millier de manifestants ont défilé hier dans le centre-ville de Marseille. La guerre en Palestine continue de mobiliser jeunes comme plus anciens.

    Alors que l’État d’Israël continue d’asséner des raids sanglants sur la bande de Gaza, qui portent le nombre total de victimes à 1.900 morts et à près de 10.000 blessés en un mois, les manifestants marseillais ne baissent pas la garde et plus d’un millier d’entre eux ont défilé hier, à 15h, en soutien au peuple palestinien.

    Au départ de l’ombrière du Vieux-Port, un freeze mob (groupe adressant un message au public de manière scénique) lance les hostilités. Il représente des personnes grimées en dirigeants internationaux indifférents au sort des civils palestiniens qui meurent devant leurs yeux. On peut ainsi distinguer Netanyahou bien dans ses pénates pendant que Hollande agite un éventail devant lui, signe de son allégeance. Ou encore des dirigeants de la Ligue arabe préoccupés à acheter des joueurs de foot plutôt qu’ à intervenir, le tout devant une pierre tombale symbolisant le charnier des Palestiniens. « C’est un autre moyen de manifester et cela montre le silence des dirigeants devant le massacre », explique Samah, à l’origine du collectif Freeze mob 13.

    Impunité d’Israël

    Avant le départ du cortège, les organisateurs de la manifestation déplorent au micro les soutiens d’Yves Moraine, Maire des 6/8 de Marseille, ainsi que celui du Président du Conseil général Jean-Noël Guérini à l’État d’Israël. « Nous allons publier leurs coordonnées, il faut les harceler », harangue l’un d’eux afin de signifier le dégoût qu’inspire de telles accointances.

    « Enfants de Gaza, enfants de Palestine, c’est l’humanité qu’on assassine », clament les membres du cortège fièrement lancés vers les Réformés, au détour de Belsunce et de la gare Saint-Charles. Parmi les manifestants, beaucoup de jeunes aux côtés des vieux briscards habitués de toutes les luttes. « Cette nouvelle attaque de l’armée israélienne m’a convaincu de militer. Cela a été un déclic pour moi », confie Romain, étudiant en lettres. « Israël a perdu moralement cette guerre. Maintenant, il faut sanctionner cet État-voyou », martèle Pierre Stambul, co-Président de l’UJFP (Union juive française pour la paix). « Pourquoi les dirigeants serbes ou rwandais ont-ils été inculpés par la justice internationale et pas ceux d’Israël ? », s’interroge-t-il. « C’est la mobilisation populaire qui fera plier les gouvernements », espèrent la plupart des manifestants.

    Philippe Amsellem (La Marseillaise, le 10 août 2014)