4 Démarche et objectifs revendicatifs

Les revendications des retraités évoluent et se modifient au grès des âges et des lieux de résidence. Cela nécessite donc, de travailler à des revendications spécifiques pour les retraités.

Aujourd’hui, le pouvoir d’achat est une des préoccupations majeures des retraités.

Se nourrir, se loger, se déplacer, se soigner coûte toujours plus cher ! Et que dire des loisirs, des vacances ou de la culture ?

Le gouvernement, envisage aujourd’hui, de mette à notre charge la perte d’autonomie !

Au nom de la crise, gouvernement et patronat cherchent à culpabiliser les retraités qui seraient un coût pour la société, ils essaient de nous opposer aux salariés en activité.

Après des dizaines d’années de travail et de cotisations versées, les retraités ont gagné le droit de vivre décemment avec une pension qui réponde à leur besoins.

Vivre dignement sa retraite, c’est avoir une pension qui permette à chacun de satisfaire ses besoins, c’est maîtriser sa vie, assurer son indépendance, sa couverture sociale, ses projets…

L’argent existe. Les profits des banques, des grandes entreprises sont repartis de plus belle.

Il faut redonner aux salaires, directs et socialisés, la place qui revient aux producteurs de richesses. Notre pouvoir d’achat est sans cesse amputé par des décisions prises unilatéralement par le gouvernement, par le patronat, par les organismes de « protection » sociale, par les décideurs politiques, nationaux, régionaux et locaux.

CSG augmentée, déremboursement des soins, prélèvements, franchises, mutuelle, impôts locaux, et j’en passe, voilà quelques « décisions » que nous avons à subir.

Longtemps ignorée ou sous-estimée, cette régression est devenue incontestable et concerne l’ensemble des retraités des secteurs publics et privé. La surprise est grande pour les nouveaux arrivants de toutes conditions qui découvrent leur avenir.

L’image dorée que les médias et la société renvoyaient sur le vécu des retraités n’est plus d’actualité, et nous avons de plus en plus de mal à boucler nos fins de mois.

Aujourd’hui c’est incontestable notre situation de retraités s’est dégradée. Nous subissons les effets conjugués de plusieurs facteurs dont la réalité ne peut être mise en cause :

¨     Perte de pouvoir d’achat des retraites et des pensions

¨     Suppression des services publics de proximité

¨     Augmentation considérable des impôts locaux

¨     Détérioration des accès aux soins

¨     Une mutualité incapable de peser sur les événements

¨     Le financement de la sécurité sociale.

La question du pouvoir d’achat et des pensions des retraités reste donc d’une brûlante actualité. La revendication : « pas de bonnes pensions, sans de bons salaires », est plus que jamais à l’ordre du jour.

Les retraités poursuivent l’action :

  • Pour l’indexation des pensions sur l’évolution du salaire moyen avec un minimum de pension  au SMIC, revendiqué par la CGT.
  • Pour le maintien et l’augmentation de la pension de reversions
  • Pour l’augmentation des minima sociaux,
  • Pour ma reconquête d’une protection sociale et solidaire.
  • Pour le rétablissement de 1/2 parts pour les veuves, veufs, divorcés, séparés ayant élevé au moins un enfant
  • Pour le financement de la perte d’autonomie par la solidarité national.

Augmenter les retraites participe au développement économique et permet aux retraités d’être des acteurs du changement des rapports sociaux.

Un Camarade parti récemment à la retraite, a dit en recevant son premier mois de pension : « ce mois ci, c’est comme si j’avais fait 7 jours de grève ». C’est vrai, à la différence que c’est tous les mois que « les retenues de grève » auront lieu.

Alors l’idée de « pourquoi gagner moins à la retraite qu’en activité » me paraît aujourd’hui de plus en plus réaliste et nécessaire pour vivre pleinement sa retraite

 

Place et rôle de l’USR  au service d’une démarche

Avoir l’ambition d’être utile au monde des retraités, connaître ce qu’il est, prendre en compte sa diversité, son vécu, afin d’être toujours plus et mieux revendicatif. Sachant que le revendicatif est notre raison d’être. Le renforcement, le déploiement sont les enjeux immédiats pour gagner un rapport de force indispensable.

Tant les besoins sont grands pour développer une activité syndicale revendicative, concrète, conquérante, proche et utile à tous les pensionnés. Or, cette ambition qui est celle de l’USR suppose de faire appel à toutes et tous. Le rôle de l’adhérent est essentiel pour construire et développer la démarche revendicative. De son élaboration à sa satisfaction, l’adhérent est le maillon déterminant de la revendication. Mesurons-nous bien le point d’appui que constitue dans la démarche de rassemblement et la construction du rap^port de force, le nombre de syndiqués ? Pourtant c’est bien fans les périodes où le nombre de syndiqués a été le plus élevé que les conquêtes ont été les plus nombreuses et les plus importantes.

Pour faire avancer les revendications nous avons besoin d’être plus fort, pour cela il faut être plus nombreux, car l’enjeu de l’action syndicale suppose plus de conquérants pour plus de conquêtes sociales.

Comments are closed.