5 Syndicalisation et vie syndicale

Continuité syndicale – forces organisées – redéploiement

Une obligation de réussite

 

 

Notre 9ème congrès de l’USR 13 de 2008 avait placé au centre de ses préoccupations l’enjeu du renforcement.

Le bilan que nous faisons est que nous n’avons pas réussi à mettre en œuvre les objectifs que nous nous étions fixés.

Pendant cette période, les départs en retraite ont été nombreux et continuent de l’être.

Nos effectifs ont peu, nous passons de 4243 syndiqués en 2008 à 4376 en 2009 et nous avons atteint 4292  pour 2010 au pointage de février 2011

Nous devons prendre le temps d’analyser cette situation.

En même temps : il y a urgence à développer la continuité syndicale et il y a aussi urgence à se déployer en grand pour s’adresser et gagner des forces nouvelles parmi les 400 000 retraités environ que compte notre département.

 

La continuité syndicale

 

         Depuis la naissance du syndicalisme spécifique retraité (plus de 40 ans) nous pouvons mesurer les avancées mais aussi les difficultés dont certaines persistent et handicapent notre démarche sur le revendicatif, la continuité syndicale, le renforcement de toute la CGT.

 

En même temps nous avons besoin d’un syndicalisme spécifique aux retraités, reconnu plus fort, plus à l’écoute et plus écouté afin d’agir pour la satisfaction des besoins avec les autres catégories et générations.

Sur cette question nous n’avons pas avancé significativement. La preuve : en moyenne entre 5 et 7 syndiqués sur 10 partant à la retraite arrêtent leur adhésion.

 

La continuité syndicale se travaille avant le départ de l’entreprise et le syndicat d’actif a un rôle essentiel à jouer dans cette démarche Des secteurs d’activités consacrent du temps à cette question. Sûrement en nombre insuffisant.

 

Il nous faut à tous les niveaux – départemental, local – débattre de l’utilité de rester syndiqué à la retraite. Cette bataille passe par des plans de travail ambitieux, partagés entre actifs et retraités, notamment sur le recensement des futurs retraités avec des formations spécifiques. Des exemples existent. Des échanges d’expérience doivent s’exprimer, de confronter pour généraliser cette démarche.

Nous devons pouvoir trouver un relais avec les collectifs interpros afin que les syndiqués qui vont quitter l’entreprise sachent que l’activité syndicale continue à la retraite, qu’elle est nécessaire et utile. Ce n’est pas facile mais il va falloir faire des efforts dans s=$ce sens et s’appuyer sur les expériences vécues dans nos structures qui ont eu des résultats positifs.   Comment les faire partager ?   Les généraliser…

 

Démarche que l’on trouve surtout au niveau des UFR, notamment des plus importantes.

Intérêt de tisser des contacts, des rencontres avec le corpos, mais aussi et surtout avec l’Union Départementale, les Unions Locales en s’appuyant sur nos sections multipros et pros.

 

Il est bon de mesurer que 84% de nos adhérents sont issus de sections professionnelles avec des sections allant de 1 à 416 syndiqués et 16% de nos adhérents sont issus de sections multipro avec des sections allant de 2 à 115 adhérents.

La bataille pour la continuité syndicale est loin d’être gagnée ! Ne faut-il pas des plans de travail pour être plus efficace ? La formation peut-elle permettre l’amélioration de la qualité de notre vie syndicale ?

 

 

 

Le déploiement en grand de la CGT

 

En France il y a aujourd’hui un peu plus de 15 millions de retraités (prévision : 20 millions dans 20 ans) pour 117 000 syndiqués CGT.

A notre niveau nous estimons à un peu plus de 400 000 le nombre de retraités de notre département pour  4500  syndiqués CGT, environ.

Le rapport des retraités avec leur entreprise change une fois le travail quitté. pour autant, le retraité continue d’avoir une vie sociale : les besoins, les attentes pour une grande part sont d’une autre nature.

Ils sont liés aux enjeux de société : pouvoir d’achat, protection sociale, logement, transport, service public, et ce au niveau de leur quartier, de leur localité, voire du département.

La syndicalisation massive des retraités passe par un déploiement en grand des forces CGT, vers les retraités là où ils sont et tels qu’ils sont.

D’où une présence CGT dans les lieux qu’ils fréquentent : marchés, service public, commerce, espace de loisirs et de détente (clubs, associations…)

Cette présence régulière doit conduire à une activité syndicale spécifique dans un territoire concerné.

Des exemples se font jour au niveau de certaines localités entre sections pros et multipros. Mais trop souvent ce n’est que l’affaire des sections multipros. Cela pose la question de la structure.

En effet, après le constat fait sur la nouvelle place du retraité ans son territoire et les enjeux qui en découlent : l’activité revendicative doit porter de manière cohérente, revendications territoriales et sociétales : commune à tous les retraités, qui rejoignent pour beaucoup d’entre elles celles des actifs.

Il parait donc indispensable de travailler en commun, sections pros et multipros d’un même territoire, et ce, en permanence en créant des Unions des Sections Locales de Retraités (ULSR) dotés des moyens nécessaires à la mise en pratique de ces choix.

Décisions du dernier congrès de l’UCR.

Une USLR (union des sections locales des retraités) prenant toute sa place dans la voie CGT, notamment au niveau des Unions Locales (UL).

Peut-on dire « pas une UL sans son USLR », au regard de l’enjeu du syndicalisme retraité, de son rayonnement, de son renforcement.

N’est-ce pas aussi à ce niveau que nous serons pus efficaces, plus visibles, plus utiles à la fois sur le plan revendicatif, de la syndicalisation, de la mobilisation et du succès des actions engagées, car n’est-ce pas le niveau où le syndiqué peut le mieux être impliqué car c’est là qu’il vit.

Ne faut-il pas pousser la réflexion du déploiement CGT au travers aussi du déploiement de sections pros à caractère départemental, voire régional au plus près des besoins, des réalités de la population retraitée, en renforçant les USLR, dans une démarche interprofessionnelle.

Comments are closed.