6 Bataille des idées – Vie Nouvelle

Rappel : construire une société pour tous les âges

 

Introduite au 8ème congrès de notre UCR en 2007, cette démarche novatrice reste à réaliser

 

Gouvernement et patronat tentent par tous les moyens d’individualiser notre société : le chacun pour soi, la fin des solidarités sous prétexte d’assistanat, opposer les catégories sociales entre elles ainsi que les générations – tel est leur credo, leur obstination.

Pour y parvenir ils ont fait main basse sur les médias : télévision, radios et une grande partie de la presse écrite sont dans leurs mains, directement ou par l’intermédiaire de grands groupes capitalistes. L’arrivée d’Internet a démultiplié encore leurs moyens même si l’accès est universel.

Gagner la bataille des idées, cela conditionne la nature, les objectifs, les liens de la société dans laquelle nous vivons – ce n’est pas nouveau mais force est de constater que cet enjeu, face au capitalisme mondialisé, devient crucial.

Sans contestation possible les médias, aux ordres du pouvoir et/ou du patronat, ont pour mission de détourner les populations de leurs préoccupations et besoins du « mieux vivre », de profiter normalement du progrès des sciences et des techniques.

Les caisses de retraites, qui sont le résultat de nos luttes, parlent de tout dans leurs luxueuses brochures, sauf des revendications des retraités – un comble ! Alors qu’elles s’adressent uniquement aux retraités.

Il est incompréhensible que les dirigeants de nos caisses de retraite, de par leur mutisme, se font les complices de la propagande officielle qui stigmatise les retraités jusqu’à déclarer qu’ils sont une charge pour la société !

Face à ce déferlement médiatique, à cette manipulation orchestrée, le syndicalisme spécifique CGT n’a que peu de moyens de riposte, encore faut-il les mettre en œuvre !

Pour nous, retraités, l’outil spécifique CGT s’appelle VIE NOUVELLE – c’est un bimensuel qui n’oublie pas sa fonction première : mieux armer ses lecteurs pour comprendre les enjeux de société, les mauvais coups que ne manquent pas de fomenter gouvernement et patronat, le véritable donneur d’ordres.

N’étant plus dans l’entreprise, l’administration, au contact direct avec l’information syndicale quasi quotidienne, le retraité devient beaucoup plus vulnérable à la pensée unique distillée à longueur d’antenne TV ou radio et journaux « bien pensants ».

Convaincre de la nécessité de lire CGT, là est la difficulté. Pourtant un homme ou une femme averti(e) en vaut 2 – ou, plus explicitement dit, si au poison distillé chaque jour vous n’y apportez pas de contre poison, il y a de fortes chances qu’un mensonge mille fois asséné devienne vérité… « ils l’ont dit à la télé… »

Au-delà de l‘outil syndical, notre magazine Vie Nouvelle aborde non seulement les questions qui touchent à l’actualité sociale, aux loisirs et occupations propres aux retraités, mais aussi et surtout les grands dossiers tels le recul de l’âge de départ en retraite, le pouvoir d’achat des retraites, les questions liées à la santé (médicaments, hôpitaux, soins…)  et dans le numéro de décembre2010/janvier2011, la perte d’autonomie y tient une large place et porte un éclairage bien différent des pourfendeurs des solidarités intergénérationnelles.

Notre diffusion nationale ne décolle pas des 70.000 abonnements et dans les Bouches du Rhône nous en sommes à 2146 lecteurs abonnés à VN. C’est nettement insuffisant au regard des potentialités.

VN parait tous les 2 mois, soit 6 numéros par an pour seulement 13,35 € soit guère plus d’un euro par mois. Le coût n’est certes par l’obstacle majeur… qui ne « gaspille » pas un euro par mois en futilité ?

Il est nécessaire que chaque syndicat, chaque section de retraités CGT aient en permanence la question du développement de notre magazine, c’est vital pour tous, il faut absolument, avec la syndicalisation, avec les remises des cartes syndicales, proposer, argumenter et convaincre de lire CGT.

Faire connaître notre magazine c’est à nous tous, militants, syndiqués CGT, que revient cette responsabilité car aucun autre média, fut-il public et payé par nos redevances, ne le fera à notre place. Au-delà de l’action continue, réfléchie, dans le cadre de nos structures, pourquoi pas lorsque l’occasion se présente, déposer le numéro de VN déjà lu dans la boite à lettre d’un voisin retraité, dans la salle d’attente du docteur ou du dentiste, dans la maison de retraite du secteur, etc…

Au regard des chiffres communiqués par la direction nationale de notre magazine, il apparaît de réelles inégalités entre syndicats ou sections. Comment faire dans nombre de cas où même pas 10% de syndiqués sont abonnés alors que dans d’autres sections on frôle les 100% ???

Une autre piste non négligeable : faire  en sorte que l’abonnement soit pris en compte dans la continuité syndicale ; c’est bien sûr l’affaire des syndicats d’actifs mais essentiellement la nôtre, il serait opportun d’obtenir de nos syndicats d’actifs l’engagement par lequel tout adhérent CGT reçoive, en même temps que son pot de départ, par exemple, l’abonnement à VN payé pour un an par le syndicat des actifs.

Les possibilités de progresser sont très larges et les idées sont les bienvenues en même temps que les demandes des syndicats pour une aide à la réflexion à laquelle l’USR CGT 13 est disposée de participer.

 

VI.1 – Formation syndicale retraités

 

 

  1. 1.     Retraité et syndiqué c’est d’actualité ; les revendications sont multiples : pouvoir d’achat, accès aux soins de qualité, des services publics de proximité, des logements décents et accessibles tenant compte de nos pensions de retraite, prise en charge solidaire de la perte d’autonomie.
  2. 2.     L’enjeu du syndicalisme retraité est considérable au regard du contexte économique et social qui ne cesse de se dégrader en France et dans le monde et plus particulièrement pour les retraités considérés comme charge par les dirigeants de notre pays.
  3. 3.     Malgré un très faible taux d’adhésions, le syndicalisme retraité s’est imposé comme une force incontournable pour prendre en compte les revendications spécifiques inhérentes à la « condition » de retraité et à l’allongement de la durée de vie.
  4. 4.     Les questions sociales et sociétales qui en découlent doivent nous amener à réfléchir, nous interroger sur notre démarche de construction d’un syndicalisme spécifique voulu et décidé par les syndiqués retraités.
  5. 5.     La nécessité de formation/réflexion/plan de travail ne doit-elle pas se construire en 2 directions ?

a)     avec les directions des syndicats d’actifs pour élaborer ensemble une véritable continuité syndicale.

b)     avec les directions syndicales  de notre USR 13, de la commission exécutive jusqu’aux sections de base pour donner un sens au syndicalisme retraité.

  1. 6.     Préparer les futurs retraités, en priorité les syndiqués CGT, à cette nouvelle situation ou l’entreprise, la collectivité, le bureau… ne sera plus forcément le lieu où se construit le binôme « revendication/action » tenant compte de la spécificité « retraité » mais aussi du lieu de vie qui n’est pas forcément le même qu’en activité.
  2. 7.     Former nos militants à cette approche spécifique du syndicalisme retraités. Se doter de moyens de formation qui restent en grande partie à inventer.
  3. 8.     Former nos militants à la maîtrise de Cogétise sans oublier les nouvelles obligations syndicales sur les comptes annuels (loi du 20/08/2008 – décret du 28/12/2009)

 

 

 

 

 

 

VI. 2 – La communication

 

Avec la communication et ses outils il s’agit à la fois d’informer et de nous investir dans la bataille des idées, avec trois préoccupations majeures:

communiquer avec les syndiqués de l’USR13

communiquer avec tous les retraités

communiquer avec l’opinion publique

Nous disposons pour cela d’outils permanents en plus de « Vie Nouvelle ». Il s’agit de notre journal trimestriel « Du Pain et des Roses », les tracts, les affiches et l’utilisation déjà importante des mails.

 

Journal de l’USR

 

Garder la périodicité trimestrielle mais il est souhaitable:

D’aller vers des articles plus courts pour assurer la lisibilité du journal mais aussi la variété de son contenu

mais quand l’actualité le commande aller vers des numéros spéciaux ou la publication de dossiers sur de grands sujets.

Le journal doit être la vitrine de l’activité de l’USR13

il doit se nourrir des informations  en provenance des organisations locales, sections différentes pro et multi pro,

 

Site Internet

 

C’est le plus grand média au monde. La France se situe à la première place en Europe sur l’utilisation de ce média par le public sénior.

C’est donc le média de l’avenir, même en ce qui concerne la fabrication des idées l’écriture traditionnelle reste la meilleure et sans doute la seule pour longtemps de les mettre en valeur.

L’USR13  doit se  doter d’un véritable site, trés interactif. Il pourrait avoir la mission de globaliser toutes les responsabilités de la communication et de les tourner vers l’extérieur,

vers les retraités et le public en général.

Interactif vers les syndiqués et tous les retraités.

Drainer les infos des orga locales

Mise en valeur de toutes les actions petites ou grandes

Les communiqués de l’USR et ses propositions

Les conférences de presse

Notre histoire et nos acquis à défendre

Rôle et place des retraités dans la société

Des dossiers pourraient être mis en ligne et susciter des débats, des forums de discussions les thèmes possibles sont nombreux et variés: retraités et retraites,

pouvoir d’achat etc, retraités et santé, retraités famille, retraités et transports, retraités et logement etc….

Histoire et Mémoire

 

Nous rencontrons assez souvent, avec les amis, dans nos organasitions de retraités mais aussi en famille, le besoin de revenir sur l’histoire, notre passé,

sur nos acquis démocratiques pour les lesquels existent encore parmi nous des acteurs et des témoins.

Si le devoir de mémoire existe pour tous les membres de la société, n’est-il pas évident pour les retraités et pour l’USR CGT en particulier.

Pourquoi ne pas former un petit secteur de travail dans ce domaine de l’histoire et de la mémoire. et publier leurs travaux sur le site internet que nous devons créer

Comments are closed.