Une barrière d’âge absurde et pénalisante.

Handicap:  Si vous êtes diagnostiqué après 60 ans, vos aides seront beaucoup plus faibles

Des règles différentes s’appliquent aux personnes handicapées et aux personnes âgées dépendantes.

Si le handicap survient avant 60 ans, la personne peut bénéficier – à vie – de la prestation compensatoire du handicap (PCH). Dans le cas contraire, elle sera éligible seulement à l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), versée aux personnes âgées dépendantes. Or les deux prestations sont de nature différente.

La PCH permet de financer l’aménagement du logement ou du véhicule, mais aussi une aide humaine à domicile, théoriquement non plafonnée : si une personne très lourdement handicapée doit être aidée 24 h/24, la prestation peut atteindre quelque 13 000 euros par mois. L’APA est plafonnée et varie de 672 à 1 737 euros par mois, en fonction du degré de dépendance.

La future loi sur la dépendance, que le gouvernement a promise pour 2019, comprendra-t-elle  une  prestation autonomie universelle,  couvrant l’ensemble des besoins  de chacun, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui ? Rien n’est moins sûr !
Handicapés et seniors ont  les mêmes besoins , il est  insupportable  qu’ils soient traités différemment.

Va-t-on encore nous opposer  l’argument d’une réforme coûteuse ?

Déplacer le curseur de l’âge aurait cependant un coût  : jusqu’à 504 millions d’euros par an si la limite était seulement déplacée de 60 à 75 ans. Un montant à comparer aux 7,7 milliards d’euros qu’ont coûtés en 2017 les deux prestations (5,8 milliards pour l’APA et 1,9 pour la PCH).

L’Argent existe, ils ne peuvent plus le cacher maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>