Affection contagieuse !

Ce satané virus nous vole ce que l’on a de plus précieux : la tendresse de nos proches.

Quand la distanciation physique tourne à l’isolement affectif, des pans entiers de notre société s’enfoncent dans la morosité. Avec la perspective de passer les fêtes éloignés les uns des autres, les cœurs se serrent dans les poitrines. Ici, un grand-père qui n’a pas encore vu le dernier de ses petits-enfants. Là, une grand-mère malade que personne ne peut prendre dans ses bras. Ici, un mariage maintes fois reporté. Là, des couples sous pression sans l’aide de leurs parents pour garder les enfants.

Il y a une part de déshumanisation dans ce que nous inflige ce virus.

Ces frustrations familiales s’accompagnent d’une montée des antagonismes entre les générations dans le reste de la société. Les jeunes seraient irresponsables, inconscients des lourdes conséquences de leurs imprudences. Les anciens, eux, seraient la cause du confinement des autres, en refusant d’être mis sous cloche sur critère d’âge.

Ces nouvelles fractures qui apparaissent dans une société déjà très morcelée, sont dangereuses. Elles sapent le principe de solidarité sans lequel personne ne pourra sortir indemne de cette crise.

Prenons soin des plus fragiles par écran interposé, par un coup de fil, un service rendu, un geste amical. Cultivons le goût d’être ensemble quand tout nous éloigne. Nous sommes une grande famille.

La Marseillaise -Leo Purgette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>