Et laissons les vieux vieillir sereinement.

LA COVID, DE CLOSETS, LES JEUNES ET LES VIEUX  Maurice Brandi

François De Closets, 87 ans, hier à l’émission 6 à la maison, continue à radoter sur sa dernière trouvaille « intellectuelle » en interrogeant « Est-il normal de ficher en l’air la vie des futures générations pour les plus de 80 ans ? » Et ce vieillard cacochyme d’assigner à résidence les vieux.. sauf lui qui va de plateau de télé en studio de radio pour encaisser ses piges d’intervenants.
Et lui aussi parlant de génération sacrifiée sans mettre en cause la politique du gouvernement en direction de la jeunesse. Evidemment, depuis que je le connais il s’est toujours « confiné » du bon côté du manche, François. Celui qui rapporte gros en espèce. Et il surfe à nouveau sur le conflit des générations.
Et bien, non.
D’abord peut-on parler, sérieusement, de génération sacrifiée, quand on connaît celle de 14/18 et de 39/45, celle des guerres d’Indochine et d’Algérie dont beaucoup de sont pas revenus.
Ou encore cette génération Sida qui au début de la pandémie beaucoup trop sont morts d’avoir trop aimés.
Encore une fois, sous prétexte de ne pas manier la langue de bois, le VRP de la pensée unique se plante.
Il est inhumain de dire sempiternellement, à cette jeunesse qui souffrent du confinement. Si matin, midi et soir et toutes les heures au flash d’informations, on lui rabâche qu’elle est LA génération sacrifiée, on la prive de sa capacité à rebondir, à retrouver cette joie, ce dynamisme qui est la trait majeur de la jeunesse.
Alors, François De Closets et d’autres avec lui, les mots qu’ils emplois, assignent les jeunes à une place : le désespoir. C’est une faute, une faute morale, une faute politique.
Le « conflit des générations » est une tarte à la crème qu’on nous ressort à la moindre difficulté. Quand les tenants du pouvoir peinent à trouver des solutions, il leur faut trouver des boucs émissaires.
Or, la République est un projet commun, c’est penser ensemble un projet commun, en cas de conflits trouver des solutions acceptables par tous, et mettre en musique les différents point de vue.
Dès lors, c’est anti républicain de dresser les générations les unes contre les autres, les femmes contre les hommes, les noirs contre les blancs etc.
Au lieu de souffler sur les braises commençons par donner à cette jeunesse de quoi étudier, travailler, se loger et se nourrir, se cultiver et se détendre.

Et laissons les vieux vieillir sereinement. 

One thought on “Et laissons les vieux vieillir sereinement.

  1. « Est-il normal de ficher en l’air la vie des futures générations pour les plus de 80 ans ? »
    Merci pour cette réponse à cette phrase d’un journaliste et essayiste français, plein d’empathie pour les ainés.
    Dans un pays où l’« euthanasie active » est interdite.
    Merci pour ce rappel: « D’abord peut-on parler, sérieusement, de génération sacrifiée, quand on connaît celle de 14/18 et de 39/45, celle des guerres d’Indochine et d’Algérie dont beaucoup de sont pas revenus. »
    Cette article de l’USR mérite d’être publié largement et l’UCR devrait demander un droit de réponse à ces propos qui rappellent le tri des déportations.
    Amicalement
    Eliane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>