Ferrat/Mignot

Tant qu’il y aura des parodistes, il y aura des adaptations de Ferrat 
Fréderic MIgnot sur Facebook 
(sur l’air de L’ amour est cerise de Jean Ferrat)
La France soumise
A les bras baissés.
La joie est de mise,
Chez les financiers
Car malgré la crise
Qu’on doit traverser,
Ils capitalisent
Des sommes insensées.
La, la, la, la, la,…
Pendant que l’on tremble
Et qu’on devient fou,
Les milliardaires semblent
Gagner plus de sous.
L’horizon se bouche
Pour les « gens de peu »
Quand les riches touchent
Des profits odieux.
La, la, la, la, la,…
Eux, ils voient sans crainte
Le monde à genoux.
Tout le monde emprunte
Pour tenir le coup.
Ignorant les plaintes
Des foules blessées,
Ils savourent l’absinthe
Du fric amassé.
La, la, la, la, la,…
Maintenant le monde
Sous leur joug maudit,
Ces canailles immondes
Pourrissent nos vies.
Ivres de puissance
Ces gens sont des fous
Qu’il faut, en urgence,
Mettre sous écrou.
La, la, la, la, la,…
De deux choses l’une
Dans un cas pareil :
Soit ils nous enfument,
Soit on se réveille.
Mais gare, si l’on bouge,
A leurs hommes en bleu.
Leurs actes le prouvent :
Ils sont dangereux.
La, la, la, la, la,…
La France est soumise
Et cadenassée.
On se gargarise
De notre passé.
Macron nous méprise.
En voilà assez.
Mouillons la chemise,
Faisons-le valser.
La, la, la, la, la,…
et une autre toute aussi réussie…..
(sur l’air de La montagne de Jean Ferrat)
Ils ont pris en main le pays
Et changent peu à peu nos vies
Selon un plan bien façonné.
Leurs prédécesseurs leur avaient
Chauffé la place en grand secret.
Les Français se sont fait berner..
Au lieu d’un candidat normal
Ils ont créé un animal
Ambitieux et la bave aux lèvres.
Ils se sont dit:  » Là, il nous faut Miser sur un jeune perdreau,
Abandonnons les autres chèvres. »
Pourtant, on voyait les ficelles.
Comment peut on s’imaginer
Que Macron n’est pas l’ami fidèle
Des milliardaires qui l’ont drivé ?
Ceux qu’ont dit : « il a une bonne tête »
Se sont fait baisés en levrette
Sans préliminaires, sans vaseline.
Ça fait maintenant quatre années
Que lui et ses âmes damnées
Nous enculent sur toute la ligne.
La ligne, c’est de servir les intérêts
D’enflures qui n’ont rien à cirer
Des humains et de leur planète,
De banquiers, de gros actionnaires,
De financiers et d’hommes d’affaires
Dont Macron est la marionnette.
Pourtant, on voyait les ficelles.
Comment peut on s’imaginer
Que Macron n’est pas l’ami fidèle
Des milliardaires qui l’ont drivé ?
Pour tondre un peuple de moutons,
Les riches ont leur berger Macron
Et sans remords et sans répit,
Il défend le grand capital
Pour que leur gain soit maximal
Surtout lorsque la crise sévit.
La vie, ils la rêvent sans fonctionnaires
A part des flics, des militaires,
Au cas où les esclaves grognent.
Il faut que l’on bosse quand même
Pour faire vivre ce beau système
Et ses élites si gloutonnes.
Pourtant, on voyait les ficelles.
Comment peut on s’imaginer
Que Macron n’est pas l’ami fidèle
Des milliardaires qui l’ont drivé ?

One thought on “Ferrat/Mignot

  1. il y a fort heureusement des coloproctologues en ce beau pays ou l horizon s obscurcit , mais bon je concois en effet que nous en ayons assez d avoir mal au cul ……